Comment différencier les opérateurs télécoms professionnels ?

Le terme « opérateur télécom » est employé de façon usuelle pour désigner les fournisseurs d’offres et services en télécommunications. Cependant, ce terme regroupe plusieurs types d’entreprises avec des objectifs et métiers différents.

Le but de cet article est de distinguer les différents acteurs du marché des télécommunications. Avant de changer éventuellement d’opérateur, mieux vaut savoir qui vous avez en face de vous.

On distingue plusieurs types d’opérateurs B2B :

Les opérateurs télécoms de réseaux :

Agissant sur le terrain, leur métier premier est d’installer les câbles (cuir ou fibre optique) et les antennes (2G/3G/4G) permettant le déploiement du réseau.

Connus pour leur capacité à opérer à la fois sur les réseaux fixes et mobiles, les principaux opérateurs télécoms dans ce secteur sont des grands groupes comme Orange, SFR, Free, Bouygues Telecom. Cependant, d’autres opérateurs moins imposants se distinguent en se focalisant sur le fixe et en font leur cœur de métier (Covage, Axione, Altitude Infrastructure et TDF).

Les opérateurs de services :

Exploitant les réseaux déjà existants, ils fournissent les services qui leurs sont associés (téléphonie fixe/mobile, Internet, fax...).

Ils proposent leurs services en vente directe ou indirecte :
- En vente directe, l’opérateur télécom vend ses services directement aux entreprises sans passer par un intermédiaire.
- En vente indirecte, il vend ses services à des sociétés intermédiaires (sociétés commerciales, de bureautique...) qui les revendent aux entreprises.
Les opérateurs de services les plus connus sont Orange, SFR et Bouygues Telecom. Nerim, KertelAdista et Paritel font quant à eux partie des challengers.

Ainsi, on peut aussi distinguer les « opérateurs historiques » (anciens solidement ancrés dans le paysage des télécommunications) et les alternatifs ou challengers :

Les opérateurs télécoms historiques (Orange, SFR) :

Leur ancienneté leur confère une position forte, ils maîtrisent le métier et il y a peu de risque qu’ils tombent en faillite. Cependant, la relation avec le service client, souvent basé à l’étranger, est distante. Le temps de réactivité avant la mise en relation est long, l’offre n’est pas flexible et la tarification est plus élevée.

Les opérateurs télécoms alternatifs (Nerim, Kertel, Adista, Paritel) :

Devant réussir à se distinguer des opérateurs historiques, les alternatifs font preuve de réactivité, de flexibilité, proposent des offres sur-mesure tout en établissant une relation proche du client.

Toutefois, la solidité financière et l’historique de ces opérateurs restent inférieurs à celles des leaders, quoique l’endettement de SFR fasse beaucoup parler...

Ainsi, l’opérateur télécom professionnel idéal regrouperait les avantages des opérateurs historiques et des opérateurs alternatifs. Il s’agirait soit d’un opérateur historique qui maîtriserait la flexibilité et la proximité des alternatifs, soit d’un opérateur alternatif avec un historique ancien, une solidité financière et des références clients fortes.

Vous pouvez désormais identifier les différents opérateurs présents sur le marché des télécommunications professionnels.

Mais pour choisir un nouveau partenaire télécom professionnel, il existe de nombreuses autres variables à prendre en compte quand on est une entreprise. Nous vous invitons donc à télécharger le Livre Blanc ci-dessous pour en apprendre plus sur le sujet.

Nouveau call-to-action 

 

commentaires
0